Month: October 2014

Brèves quotidiennes

Comme très souvent aux Etats Unis, je téléphone à une maman pour rendre compte du comportement de l’un de mes élèves. Une maman très charmante, qui doit certainement avoir mon âge me dit : « Je sais plus quoi faire, il y a 2 jours je l’ai menacé de venir le fouetter devant la classe si il recommençait ». La menace dans le vent d’une maman désemparée.

Pour Halloween, mes élèves ainsi que Nola et Eden dans leur école, sont allés en classe déguisés. Parmi les déguisements dans mes classes, on pouvait voir une banane géante, une princesse Egyptienne et une indienne. Ci-dessous, quelques photos de mes élèves prises aujourd’hui.

La directrice de l’année a été élue et la mienne n’a pas été choisie. Encore plus étonnant : je n’ai pas été élu prof de l’année. Si ça c’est pas du racisme 😉

C’est rigolo d’enseigner la météo dans un état où il fait beau quasiment tout le temps. D’ailleurs, quand je leur demande de traduire en anglais « quel temps fait il ? » il traduisent : « what is the temperature ».

Un jour, nous parlons de l’Afrique dans la leçon et les élèves me demandent si j’y ai déjà été. Je suis ravi de leur répondre « OUI » et Ils disent « Oh, mais vous avez peut être ebola alors 😉 ». Un autre dit « mais non, il faut manger de la viande de singe pour l’avoir ». Alors je dis « maintenant que j’y pense , j’ai peut être mangé de la viande de singe… ».

Aujourd’hui, les cours ont été interrompu 30 minutes parce que les élèves de maternelle faisaient une parade d’Halloween déguisés devant le collège. Pour l’occasion les majorettes et l’orchestre du lycée étaient présents. C’est plutôt sympa de voir déjà plusieurs évènements de la ville  partagés par des élèves de la maternelle au lycée. Bien entendu, des voitures de police de la ville fermaient la marche en envoyant des bonbons aux élèves.

Avec 3 de mes classes je fais un échange avec un collège parisien et nous avons organisé un défi musique. Les français ont mis au challenge mes élèves de chanter « papaoutai » et « au champs Elysées ». Les résultats sont plutôt marrants:  “Ooooh Chan Pélisée ...”.


Un weekend d’octobre

Petite vidéo filmée vendredi soir dernier. Nous sommes allés au Musée pour enfants de Lafayette où plusieurs activités pour Halloween étaient proposées. Tous les enfants venaient déguisés et un concours de costume était organisé. A l’américaine donc : les enfants passaient devant tout le monde et un jury élisait les 3 plus beaux déguisements (petite impression d’être dans Little Miss Sunshine). Nola a obtenu un prix mais pas Eden qui heureusement ne comprenait pas grand chose.


 

Après la visite de la police il y a 2 semaines, ce sont les pompiers qui venaient faire le show dans la classe de Nola. Ces photos nous ont été envoyées par la maitresse qui utilise “Class Messenger” pour communiquer (bien pratique).

Le Musée de la Peur

La Louisiane est célèbre pour ses maisons hantées et son vaudou. Pour Halloween, on peut en visiter quelques unes et faire des balades en forêt de l’horreur.

Samedi soir, nous avons testé un lieu renommé pour son horreur : le musée de la peur ; un musée de science complètement transformé pour Halloween. Un événement réservé aux adultes qui a pour ambition de « te changer à jamais ».

On en avait beaucoup entendu parlé et on appréhendait un petit peu mais bon, on a laissé les enfants chez une amie et nous avons pris notre courage à deux mains.

Après une longue file d’attente, on découvre l’entrée tenue par un médecin, tablier ensanglanté, une grosse barbe (réelle celle-ci) et des yeux qui ont l’air de dire : « Préparez vous ! ». Ce qui est bien, c’est qu’ils font rentrer les groupes d’amis ensemble. Nous étions 5 et nous étions rassurés d’entrer dans l’obscurité les uns derrières les autres. Nous entrons dans un long couloir au bout duquel une infirmière folle nous rappelle la procédure (Etats Unis oblige) : pas le droit de toucher les figurants, par le droit d’éclairer avec son portable, pas le droit de faire demi tour… Ensuite, tout va très vite : un dédale de couloir avec dans chaque recoin obscur, un figurant qui prend son job très au sérieux. Nous découvrons sur notre chemin des mises en scène soignées comme une chaise électrique et son bourreau qui se met à hurler de terreur, une morgue avec un zombie éventré sur une table et une petite fille avec un bébé dans les bras te suit en murmurant. Un sérial killer qui tape derrière une vitre en plexi glace son visage à demi éclairé. Des toiles d’araignées nous caressent le visage. Au détour d’un virage, un homme au physique de bucheron allume sa tronçonneuse. Nous passons dans ce qui ressemble aux canalisations du musée. Des personnes semblent sortir de leur cage pour nous poursuivre. Nos cris se mélangent à ceux des monstres autour de nous. Nous arrivons dans un cimetière embrumé où notre groupe se retrouve éclaté et là c’est la panique. Tout le monde court dans tous les sens « j’ai perdu ma chaussure » crie l’un d’entre nous, des zombies sortent de tous les coins « c’est par là ! ». Soudain, nous arrivons devant une porte éclairée normalement et tenue par 2 policiers. « Il lui manque un bras !! » crie Alice. Le policier qui avait les mains derrière le dos nous demande: « Ca vous a plu ? ». Aucune réponse de notre part. L’homme nous ouvre la porte et nous souhaite une bonne soirée.

Discipline et fatigue. Fatigue and discipline.

school-discipline1« Je sais pas ce qui s’est passé, il y a 20 ans c’était pas comme ça, c’est vraiment n’importe quoi… »  – Bonnie, professeur américaine.

On oublie très vite à quel point une journée d’école peut être fatigante pour les élèves. D’ailleurs avant notre départ pour les Etats Unis, le débat était autour des rythmes scolaires et quoiqu’on en pense, ces débats ne peuvent être efficaces que lorsqu’ils sont pris du point de vue de l’élève.

Pour le gouvernement de Louisiane, le point de vue de l’élève justement, n’existe pas. Nos élèves sont en train de faire 14 semaines sans aucune interruption. A titre de comparaison, en France on travaille en moyenne 7 semaines entre 2 périodes de vacances. Les élèves n’ont aucune recréation hormis leurs 25 minutes de pause repas et ils sont en classe de 7h45 à 15h20.

Quand j’en parle à mes collègues américains ils se rendent tous compte de l’absurdité de cette situation et c’est d’ailleurs ce qui choque le petit français que je suis. Le pays de la grève a clairement ses défauts mais ce genre de situation ne serait jamais arrivée.

Quand je parle de situation, je parle de la manière avec laquelle la discipline est gérée dans les écoles primaires et secondaires de Louisiane qui découle selon moi, du rythme scolaire. Le mot discipline se dit de la même façon en anglais et en français et il n’a pourtant pas la même résonnance. Ici, le prof fait son cours dans le silence total, l’élève doit aussi manger à la cafeteria sans parler et il doit marcher en ligne en uniforme sans parler. Les profs hurlent très souvent sur l’élève d’une manière militaire. Des mots et des regards improbables en France. 

En France, nous sommes les héritiers des philosophes des Lumières me disait un de mes collègues : « ce qui est valorisé, c’est l’autonomie au sein du groupe, on donne un cadre a l’enfant, on n’y met pas les mots » (article). En Louisiane, c’est l’inverse, l’enfant doit être modelé ; il doit être mis au pas.

Bien ou pas bien, il ne faut pas que je me pose trop de questions et surtout pas que je compare avec ce que je connais. Tous les jours, il y a au moins une réaction ou un comportement que je ne comprends pas du tout et ça a pas l’air de s’améliorer. C’est un autre monde qui demande clairement un temps d’adaptation mais je ne regrette à aucun moment d’en faire partie.

 

Homecoming

Lundi matin, je suis à 7h15 au collège et je croise la principale qui me sourit. Je lui renvoie son sourire et elle m’explique : «vous allez voir, cette semaine va être complètement folle ». Je lis de la malice dans ses yeux et vu le gabarit de la dame, ce détail n’est pas anodin. Je mets sa malice au fond de ma poche, elle me sera bien utile pour finir la semaine.
Cette semaine est passée et la dame n’a en effet pas menti.

Lundi
Les élèves ont l’autorisation de s’habiller en rose de la tête aux pieds. Un T-shirt rose est vendu par l’école dont les bénéfices vont  à la lutte contre le cancer. Certains élèves arrivent en classe avec un tutu rose sur leur pantalon et les cheveux teints.
Pepp Rallye : les élèves sont réunis sur les gradins du stade de foot où l’on a assiste à une représentation des pompom girls et à pas mal de jeux désorganisés. L’un d’entre eux consiste à suspendre un donuts à un fil et à le manger sans les mains (voir photos).
Je m’avance pour prendre un photo et les élèves me demandent : « Pourquoi vous le faites pas Monsieur ? » – Réponse : «Parce que je n’ai pas faim les enfants 😉 ».

C’est aussi le moment où tous les couples de l’année défilent sur le terrain les uns derrière les autres. Le matin, même le roi a été désigné par bulletin secret dans les classes. C’est impressionnant le nombre de collégiens qui se portent volontaire pour défiler en couple.

Mardi
Après la journée d’école, les demoiselles se font belles pour défiler à nouveau sur le terrain de foot avant le match hebdomadaire. Cette fois c’est la reine qui est élue.

Certaines dessinent aussi, sur leur joue, le numéro de leur joueur préféré dans l’équipe.

Mercredi
Je découvre que la reine et le roi sont dans ma classe. Il portent tous deux une banderole à l’épaule. Ce n’est pas un couple mais ils ont été élus pour leur popularité et leur investissement dans l’école.

Jeudi (vidéo)
Les écoles de la ville paradent dans notre ville : footballers, pompom girls, orchestre, grosses bagnoles et camion de pompier. L’Amérique et ses plus grands clichés défilent devant nos yeux ; Nola et Eden n’en perdent pas une miette.

Vendredi
Sur le chemin de l’école, on remarque 4 énormes voitures de police qui prennent la direction du lycée à côté de notre collège. On se dit de suite que ça n’est pas bon signe. Ca ne loupe pas, arrivés au collège, les élèves sont enfermés dans leur classe, les portes fermées à clés (locked down). Tous les lycéens se sont réfugiés dans notre gymnase. La situation dure plus de 2 heures. La raison : un élève a écrit sur les murs du lycée : « Reposez en paix, une bombe va exploser aujourd’hui ».
Conclusion : aux Etats Unis, si tu n’as pas fait tes devoirs et que tu veux louper une matinée de cours, il te faut un marker et un mur visible de tous.

La semaine se termine en beauté avec un petite fête pizza/soda pour les élèves qui n’ont eu aucune sanction depuis le début de l’année. Rien de tel qu’une petite pizza à 14.30 sous un soleil de plomb 😉

 

Sortie Pumpkin Patch

IMG_7983 - copie

La classe de Nola (avec Eden;)

Ca y est, on sait un peu plus à quoi ressemble le quotidien des nos enfants. Alice a accompagné la sortie au Pumpkin patch de Nola et en a profité pour y inscrire Eden. Vous constaterez sur la photo que nos amours sont plutôt à l’aise mais ils sont bels et bien complètement “lost in translation”. Ils comprennent pas grand chose à ce qui leur est dit et il pourrait difficilement en être autrement. Petite vidéo qui montre à quel point ils sont baignés, voir submergés, par la langue. La maîtresse de Nola est la demoiselle sur la gauche à la fin de la vidéo.

Le Pumpkin Patch c’est en gros un champ de citrouille avec plusieurs activités pour enfants : spectacle de marionnettes, labyrinthe… Le tout souvent financé par une église.

Donuts, niggers et poésie

Pour introduire la lettre D dans la classe de Nola, la maîtresse propose une matinée “Donuts with Daddy“. Les papas sont invités à venir déguster un donuts entre 7h00 et 8h45 au matin.

Nola et Eden ont goûté leur première saucisse d’alligator samedi au Festival Acadien.

A la Nouvelle Orléans, nous sommes passés devant l’appartement où Tennessee Williams a écrit « Tramway nommé Désir ». Tous les ans, un concours est organisé au coin de la rue et c’est à celui qui crie le plus fort Stella (à la manière de Marlon Brando). Il y a 2 ans le vainqueur a remplacé le prénom « Stella » par « FEMA » l’organisation qui a bâclé son travail lors de l’ouragan Katrina.

Les élèves afro-américains dans mes classes ont une vraie tendance à s’appeler « nigger » entre eux. Vendredi j’entendais encore un petit 6ème répondre à un autre « I don’t know nigger ! ». Des habitudes qui peuvent surprendre dans une école qui évoluait pendant la ségrégation il n’y a pas si longtemps.

Depuis cette époque là, d’ailleurs, les établissements prennent les quotas entre “race” très au sérieux et la première chose que l’on voit sur le site des profs c’est le tableau ci-dessous:

eeeeee

La Court Suprême des Etats Unis a laissé le champ libre au mariage homosexuel mais il reste interdit en Louisiane comme dans plusieurs autres états conservateurs.

A la Nouvelle Orléans, une vitrine de glacier affichait un poème et offrait une glace à celui qui trouverait le nom de l’auteur. Lorsque l’on parle de glace, Alice est capable de tout même des tricheries les plus honteuses. Elle est allée voir le nom de l’auteur (Shel Silverstein) sur internet et s’est vu offrir de bon cœur une bonne glace “Cookie Cream – Oréo”.

Un collègue de français s’est acheté un trombone à un coin de rue de la Nouvelle Orléans (150$;). L’occasion pour Nola de s’y essayer cette après-midi.

photo (13)

La Nouvelle Orléans

Aujourd’hui, petite journée dans la ville qui porte le nom de notre fils.

7 blacks au look de bad boys formaient un orchestre de cuivre très efficace. Postés à côté de la cathédrale St Louis, on sentait que les bonhommes étaient là pour se faire de l’argent mais c’était loin d’être des débutants. D’ailleurs c’est impressionnant le nombre et la qualité des groupes de musique dans les rues, les bars et les restaurants, surtout un jeudi après-midi.

2 chanteurs de gospel accroupis à un coin de rue, un groupe violon folk, des guitaristes blues et bien sûr beaucoup de jazz… La ville s’anime par la musique et les enfants l’apprécient presqu’autant que les glaces au chocolat et autres beignets.

Ci dessous, des photos d’une averse « façon douche » que nous avons eu cette après midi.

 

Light Blue

Cette nouvelle vidéo s’intitule “Light Blue”: light pour la lumière du jour et de la nuit qui ne cesse de nous surprendre; blue pour la couleur du ciel la plupart du temps. Merci à Benoit pour m’avoir prêté sa GoPro pour les plans dans la piscine.

Aujourd’hui, nous avons rencontré au parc l’une des chanteuse de Bonsoir Catin, un groupe de musique Cajun de Lafayette. Nous irons la voir demain en concert avec les enfants. Jeudi nous passerons la journée à la Nouvelle Orléans : Alice doit faire prendre ses empreintes digitales pour son autorisation de travail. L’occasion de faire un peu de tourisme. Ce weekend, c’est le festival acadien et créole qui commence à 5 minutes de chez nous.

C’est pas toujours facile d’être loin de ses proches mais la richesse culturelle de la région nous aide souvent à garder le sourire.

Light Blue from M Espinasse on Vimeo.

Des sentiments

Nous avons failli frôler le drame : le syndrome de la page blanche ou plutôt du blog inactif.
Mikaël était fébrile « Ca fait 4 jours qu’on a rien posté… » Des gouttes de sueurs sur son front, il me regardait.
– « T’inquiète c’est pas si grave, tu vas trouver quelque chose à raconter» dis-je de ma voix la plus douce.
– « Mais j’en ai des trucs à dire, des millions même ! mais c’est ça le problème ! Trop de choses dans ma tête, le travail, la fatigue…»
Mon mari m’appelait à l’aide donc je cours, je vole et prends le clavier en main. En revanche, moi j’ai un peu moins de choses à raconter. Enfin pas les mêmes. Depuis quelques mois, j’ai mis ma vie professionnelle de côté pour vivre à fond cette nouvelle expérience. Un choix réfléchi, pas facile au quotidien surtout lorsqu’on me pose cette sempiternelle question « Et toi, tu fais quoi de tes journées? » (Question qu’on retrouve chez d’autres bloggeuses: La Madeleine de Melville ou Mathilde à Boston)

C’est à ce moment que je vous pose une question : qu’est ce qu’une journée accomplie ?
Pour la majorité ce sera une journée durant laquelle les objectifs de travail auront été atteints, pour d’autres ce sera une journée où leur créativité aura été au rendez-vous.
J’ai la chance aujourd’hui d’être le témoin privilégié de ce processus si délicat et compliqué qu’est l’évolution d’un enfant ; le voir grandir, évoluer et devenir une personne à part entière.
Désormais pour moi, une journée accomplie est une journée où j’ai réussi à partager des émotions avec mes enfants, à les accompagner dans leurs apprentissages. Ce sont des journées pleines de bisous et de rires. Ce sont aussi des journées où parfois je m’énerve, parce que il ne faut pas se leurrer, ce ne sont pas toujours des anges. Alors je vis au jour le jour sans me poser de questions. Je suis là pour eux, pour ma famille. Je profite de chaque instant.
Je sais que la réalité va me rattraper. Que ce quotidien à 100km/h que je connais si bien va me retrouver. Dès mon autorisation de travail en poche, je partirais à la recherche de mon autre source d’accomplissement.

En attendant, voici une petite compilation de petites phrases ou mots des mes diablotins :

Eden :
– Maman, elle est jolite ma poupée avec sa robe bleute.

– Pour le goûter je veux boire du coquin (coca) avec un coki (cookie).

– Moi : « Ca m’a fait chaud au cœur de te voir entrer dans la classe sans pleurer ce matin. Je suis fière de toi »
– Eden : « Oui et avant t’avais froid à la gorge quand je pleurais »

Nola :
– en regardant, le dessin animé Hercule de Walt Disney, Hercule devient une dieu : « Regarde Maman, Hercule, il devient Jésus ! »

– Maman, les fourmis rouges elles aiment bien l’eau.
– Pourquoi ?
– Parce que l’autre jour, il y avait des fourmis rouges et de l’eau et je me suis fait piquer.
– …. logique …


 

enfant-bilingueFamille et amis nous demandent souvent comment évolue l’anglais des enfants. J’ai le sentiment que pour l’instant les enfants se prennent ce monde anglo-saxon de plein fouet. On a beau se dire qu’à 3 ans et à presque 5 ans, le langage est secondaire et que tout passe par le jeu, il doit être très frustrant pour eux de ne pas pouvoir communiquer avec leurs maitresses comme ils le veulent.
Pour l’instant, Eden s’amuse avec les sonorités anglaises en les baragouinant à ses poupées, Nola nous chante les chansons anglaises de manières phonétiques. Ils comptent un peu et Nola commence l’alphabet. Bref c’est le début et c’est déjà pas mal.
Tout à l’heure, au moment du coucher, Eden a dit à Alice :
– Qu’est-ce que ça veut dire youssokyou?
Yousso kyou … euh You’re so cute?
– Oui, c’est la maitresse qui dit ça….
– Ca veut dire que tu es mignonne ma belle.

Skip to toolbar