Month: January 2015

Je vous ai dit que mon collège était différent ?

Je vous ai dit que mon collège était différent ?

Vendredi dernier, la totalité des élèves du collège est appelée dans le gymnase. Un jeune black en jean, baskets les attendait. Il portait une veste qui lui donnait un style décontracté et lorsqu’il a pris le micro c’était pour se lancer dans un rap et attirer l’attention de nos jeunes ados. Les élèves ont certainement compris plus vite que nous qui… Read more →

Semi-marathon de la Nouvelle Orléans

Une fois tous les 5 ans (je suis large), je prends la décision délirante d’interrompre le mode de vie sans sport qui me caractérise. Cette fois-ci, cette décision m’a été soufflée par mes compères bretons Louisianais, Léna et Benoît, qui s’inscrivaient au semi marathon de la Nouvelle Orléans. Un challenge que nous avons préparé avec plus ou moins d’assiduité mais qui a porté ses fruits. Je termine le semi après 1h51 de course.

La journée était idéale. Malgré un départ aux aurores (7h30), beaucoup étaient au rendez vous pour supporter les coureurs dans tous les quartiers de la Nouvelle Orléans. L’heure matinale et l’absence de voiture rendaient la ville étrangement silencieuse ; un silence interrompu cependant par des groupes de musique sur le parcours (jazz, rock, musique cajun…) rythmant notre foulée.

Le tracé de la course passait notamment dans le Garden District que nous avions visité la veille. Quartier célèbre pour son architecture du 19ème siècle et où l’on trouve notamment la maison de l’acteur John Goodman et celle utilisé dans le film “L’étrange histoire de Benjamin Button“.

Des nouvelles de maman 2 ou l’administration américaine

vintage-housewife (1) article-2235196-161CB73F000005DC-98_235x425

Eden hier matin :  – “Maman, il est où Papa?”

– “Au travail ma belle.”

-“Et toi Maman, pourquoi tu travailles pas?”

-“…”

Cela fait 4 mois et demi que je suis ici et je ne travaille toujours pas. Des araignées commencent à tisser leurs toiles dans mon crâne… Pas trop de stimulations intellectuelles alors je commence à perdre l’habitude de réfléchir.

Mon visa J2 ne me permet pas de travailler. Il faut que j’en fasse la demande au service d’immigration américaine (USCIS). Bizarre de se retrouver dans la situation d’immigrés…. Bref… comme je suis une immigrée disciplinée ; le 17 septembre 2014, mon dossier était bouclé et envoyé. J’ai ensuite attendu une réponse dudit service USCIS. L’attente se faisait trèèèès longue. Je ne croyais plus avoir de réponse quand le 18 décembre mon statut en ligne m’alerte qu’un document est manquant. Un courrier doit me parvenir avec le détails des documents à renvoyer. Il est notifié aussi que mon courrier arrivera avant le 17 janvier 2015…. WTF!!!!! 3 mois pour étudier mon dossier et maintenant 1 mois pour envoyer une lettre!!!! Stop on se croirait dans une administration française 😉

J’ai reçu la lettre le 12 janvier (ouaaa ils sont en avance) et bien sûr, je n’avais pas ces documents en Louisiane. Donc appel en urgence en France pour récupérer un extrait d’acte de mariage. Je vous laisse réfléchir au ridicule de la situation. On me demande un document qui prouve ma relation avec M. Mikaël ESPINASSE (apparemment mes preuves d’amour quotidiennes ne suffisent pas, comprend pas) alors même que le visa J2 ne peut s’obtenir que si le couple demandeur est marié!!!!

Les nouveaux documents ont été envoyés mardi donc croisez les doigts pour moi!

Par contre, la situation a des côtés positifs :

– ma cuisine s’améliore (makis, yaourts maison, spécialité de Louisiane et les gratins n’ont plus aucun secret pour moi)

– j’ai commencé à tricoter (je vous fais rêver hein?!)

– mon appart est nickel et les lessives sont à jour

– je maîtrise l’art du caddie et je peux vous faire caddie pour 100$ sans calculatrice, rien qu’à l’oeil.

– j’ai plein de temps pour mes enfants!!! Je vous ferais un petit bilan de leur adaptation dans un prochain post.

 

Malgré mon envie de reprendre une activité, je pense que ça va me manquer de boire mon café dans le jardin de ma copine Olivia…

Ça ne fonctionne pas…

Les collégiens ont-ils le droit à une pause dans la journée pour jouer et discuter?

Les collégiens ont-ils le droit à une pause dans la journée pour jouer et discuter?

J’ai beau prendre le problème dans tous les sens, je sais et je vois que quelque chose ne fonctionne pas au collège. Je ne remets pas en cause l’absence de conseil de classe ou la non-utilisation d’un agenda pour prendre les devoirs ; j’ai compris qu’ici le cahier n’était pas un support d’apprentissage et que 98% des élèves d’une classe doivent atteindre la note maximale à chaque test. Non, le principal reproche que je ferais à ce système est le même que j’ai déjà évoqué : le non respect du rythme de l’élève.
Les élèves arrivent à partir de 7h15 au collège ; la classe commence à 7h45 et leur pause déjeuner de 25 minutes est la seule de la journée. Cette réalité est la même de la crèche au lycée. Eden et Nola en savent quelque chose car eux aussi n’ont que 30 minutes de récré par jour.
Ce problème – qui en est un – n’est pas louisianais, il est américain. Il suffit de taper en anglais dans google « pas assez de récrés aux Etats Unis » pour tomber sur des dizaines d’articles sur le sujet.

N’enlevez pas les récré – affirme un pédiatre; On s’attaque aux récréations; ou  Est-ce que 20 minutes de récré est suffisant à l’école primaire? ou encore Les enfants ont besoin de récré et l’école a besoin d’aide.

De plus en plus d’élèves sont diagnostiqués hyper actifs à cause de ce système. Vraiment rien d’étonnant : supprimez les récréations dans les écoles françaises et il y a tout à parier que la moitié des élèves deviendront hyper actifs. Victimes de ce système, de nombreux enfants se retrouvent sous médicaments. Des prescriptions qui se font si facilement ici que beaucoup d’élèves prennent des doses qui les rendent amorphes. “Vous savez moi j’ai pris des médicaments pour me calmer jusqu’au lycée…” se justifiait un papa pour parler des prescriptions de son fils.

Pourcentage d’élèves hyper-actifs aux Etats Unis.

 

La quasi absence de vacances n’aide pas : les élèves dorment en classe quotidiennement pour certains. Hier, Madison 14 ans arrive dans ma classe déphasée et m’explique qu’elle a dormi en classe de maths : “La prof m’a dit que j’avais le droit si je rattrapais le cours…“. Un de mes collègues français a été invité à observer un cours américain et 2 élèves dormaient profondément. Et c’est là le conséquence majeur de cette fatigue : le niveau scolaire. Les gamins étant crevés, le niveau d’exigence des enseignants est revu à la baisse. On ne peut pas exiger un niveau de concentration élevé à un élève à qui on impose de manger en silence pendant sa seule pause de la journée.

Je ne veux pas être cet européen donneur de leçon, je veux être capable de voir plus loin, de m’imprégner d’une culture pour en comprendre les différences et apprendre de cette diversité quitte à remettre mes propres méthodes en question. Seulement voilà,  ça ne colle pas avec l’idée de l’école que j’ai eu la chance d’avoir depuis toujours.

J’ai aussi vraiment conscience de tout ce que cette expérience peut m’apporter et j’en parlerai aussi sur ce blog. Quand je deviens trop critique sur ce qui m’entoure je pense à S. Taylor, une de mes collègues et responsable qui se donne corps et âme à son établissement et à sa communauté. C’est une femme que j’admire vraiment et je sais que si je lui parlais de “mon” problème de rythme scolaire et de la possibilité de changer les choses, elle accueillerait mes propos avec un sourire amusé sans me contredire. On ne contre-dit pas un rêveur.

Lake Martin

 

map lake

Situé au coeur du pays Cajun, à 25 minutes de Lafayette, le “Lake Martin” est un lac entouré d’un grand marécage. L’endroit idéal pour découvrir les marais louisianais en bateau, en canoe ou tout simplement à pied comme aujourd’hui en compagnie de Bhynty et Ilyan. L’endroit est particulièrement populaire entre mars et juin pour ses oiseaux : “ibis blanc, héron bleu, héron vert, grande aigrette, aigrette neigeuse, spatule rosée, etc… en tout plus de 200 espèces différentes viennent nidifier dans ce sanctuaire, un véritable parc ornithologique naturel. Les lentilles d’eau, qui recouvrent une grande partie du lac, forment un tapis vert très dense qui lui confère une beauté étrange et rare.”

 En janvier, on peut tout de même croiser de beaux specimens mais nos commentaires ornithologiques étaient limités, on s’est contenté de dire “Oh regardez les enfants : un oiseau rouge!” ou “Oh, si on allait se prendre une glace…”. 

Première très belle journée de janvier, ça fait plaisir.

 

 

Des détails américains

Mystère résolu! Après notre réveillon du nouvel an un peu bancal avec des restaurants vides à 22h et des centres villes désertés, la question se posait : mais que font les Louisianais pour fêter la nouvelle année?  Le plus simple était de poser la question à mes élèves à la rentrée. Réponse en choeur: des feux d’artifices. La totalité de mes élèves ont soit lancé des feux d’artifices dans leur jardin, soit été en observer un chez quelqu’un d’autre.  On comprend mieux tous ces commerces éphémères de feux d’artifices qui ont fleuri un peu partout.


Pour la petite histoire, un de mes élèves de 14 ans est arrivé avec les mains brûlés à cause d’un incidents liés aux feux d’artifices dans son jardin. En France, le gamin aurait été à l’hôpital pour panser ses blessures mais ici Noah est arrivé avec un pansement différent à chaque doigt et des plaies apparentes.


En ce moment le gallon d’essence est à $ 1.898 ce qui fait le litre à $ 0.5 ou 0.4 € le litre. Une aubaine pour le pays de la bagnole.


J’ai présenté à mes élèves des images de la marche du 11 janvier. On y voit notamment le représentant de la communauté musulmane. Une de mes élèves forte en gueule dit : “il faut qu’il rentre dans son pays!”. Je lui explique que la France est son pays depuis pas mal de générations. Elle semblait troublée, comme si on venait de lui apprendre que Musulmania n’était pas un pays.


David Brooks, chroniqueur au New York Times, a écrit un article prévisible intitulé : I am not Charlie hebdo dans lequel il explique à son lectorat américain le type de journal provocateur et “puéril” qu’était Charlie Hebdo. Il admet cependant qu’une société saine est une société qui laisse la place aux satiristes.


Treylon un grand black de 14 ans qui fait objectivement 2 fois mon poids, en voulait lourdement à Barack Obama ne pas avoir participé à la marche. “Une question d’agenda” je lui lance un peu au hasard. “Non! Obama ne pense qu’à lui, c’est ça la raison”. Ici, nous sommes en Louisiane, terre républicaine, et les opinions des parents s’invitent parfois en classe.


Ce dimanche, nous avons aussi marché sur Lafayette. Bon d’accord, on était un petit moins nombreux : environ une cinquantaine. Bon ok, Nola a lâché un “Pouet-pouet” en plein milieu de la minute de silence mais bon au moins on est passé à la télé et dans les journaux. Vidéo ci-dessous:

nola edenalice

KATC.com | Continuous News Coverage | Acadiana-Lafayette

Charlie vu de Louisiane

chappatte-hebdo-1-articleLargeMrs Allen, une collègue américaine m’a déjà demandé 2 fois si je jouais à la pétanque. Chaque fois en affichant le même sourire de la personne qui veut faire plaisir. Pour ne pas la décevoir, je lui réponds que « oui » je joue à la pétanque et que « peut être » je participerai à ces rendez-vous pétanque au cœur de Lafayette.
Bref, aujourd’hui quand elle s’est dirigée d’un pas décidé vers moi, je savais qu’elle allait me parler des événements de Paris. J’étais bien curieux d’avoir son ressenti à chaud avant même les prises d’otages. Elle s’est arrêtée devant moi et a dit : « J’ai vu la bande annonce du film Selma, ça a l’air super! Je crois que je vais aller le voir. »

Et c’est précisément, ce qui est le plus étrange : cet événement qui secoue notre nation de part en part n’est pas vécu de la même façon ici et c’est bien normal. Malgré, l’énorme vague médiatique et les réseaux sociaux, on a l’impression d’être absent à un moment important dans notre pays.

Les médias américains parlent pourtant beaucoup de ce qui s’est passé ; c’est d’ailleurs amusant d’entendre les présentateurs de JT répéter les mots « Charlie Hebdo ». De grands satiristes comme Jon Stewart ou Conan O’Brien ont rapidement rendu hommage au magazine. Un peu regrettable, Bill Maher présentateur d’un talk show et invité sur le plateau de Jimmy Kimmel, a dit : « Il faut surtout savoir que des centaines de millions de musulmans supportent un acte comme ça. Ils applaudissent ».

010715_hannity

C’est d’ailleurs ce que l’on ressent à la télé : l’amalgame est très vite franchi. Hier avec Alice, nous sommes tombés sur l’interview de l’imam radical Londonien Anjem Choudary sur Fox news. Après l’avoir laissé s’exprimer sur les principes de la charia, le présentateur a conclu en disant : « Je pense toujours que vous êtes le mal mais je voulais que les gens puissent vous entendre ». Le seul problème est que les américains n’ont souvent que cette vision radicale de l’islam dans les médias. Ce même journal national a pris la décision de ne pas montrer les dessins de Charlie Hebdo… Bizarre comme répartition de l’information.

En classe, j’ai demandé à mes élèves de 8ème grade (4ème en France) de me dire ce qu’ils savaient des évènements qui se déroulaient en France. Beaucoup avaient une bonne connaissance des faits sans trop y montrer un intérêt énorme (collégiens oblige). Je leur ai demandé d’écrire des messages pour les élèves parisiens avec qui nous faisons un échange et ils ont envoyé plusieurs messages de soutien. Deux élèves en entendant que j’allais envoyer un enregistrement à Paris ont commencé à rapper en tapant sur leur table. Je leur ai demandé si il pouvait improviser sur le sujet et ils ont pris 10 minutes pour écrire un rap qui en gros dit « Vous terroristes, si on vous attrape on vous tue » (enregistrement ci-dessous).

Dimanche, un rassemblement est organisé à midi dans le centre de Lafayette.

Nous pensons très fort à vous tous en France en ces moments difficiles. Nous avons une pensée particulière pour les familles des victimes. Encore une fois nous nous sentons très loin, peut être trop loin de vous. Le seul avantage peut être est que nous pouvons épargner à nos enfants et à leurs petites âmes sensibles de vivre cet épisode douloureux. Quel est le climat en France? Et vos petits bouts comment réagissent-ils?

Hiver Cajun

On ne met aucune image “Je suis Charlie” sur le blog mais le coeur y est profondément .

Voici notre dernière vidéo tournée la semaine dernière entre Natchitoches, la Nouvelle Orléans et le Chicot State Park.

Chicot State Park

chicot-map (1)

Avec le passage de mes parents, nous avons eu l’occasion de découvrir un peu plus la Louisiane qui nous entoure : restaurants, villes, commerces…
L’un des coups de coeur aura été un pour le Chicot State Park. Tout comme les autres états américains, la Louisiane est composée d’une dizaine de State Parks. Des lieux protégés où il est possible de camper, de venir avec son énorme camping car ou de louer des “Cabins” au bord de l’eau.

Un amie américaine nous avait conseillé la dernière option, le Park ayant récemment refait ses “deluxe cabine” : des maisons en bois sur pilotis avec tout le confort nécessaire. Nous pensons que c’est peut être l’une des plus belles façons de découvrir les bayous. Une grande baie vitrée donne directement sur le lac et ses centaines d’oiseaux au petit matin. Vraiment une belle expérience. Quant à Nola et Eden ils ont adoré les lits superposés et la balade en forêt. Ils ont eu le plaisir de partir à la découverte des différentes espèces d’arbres grâce aux petites pancartes qui jalonnaient le chemin.

Beaucoup d’américains y viennent pour pêcher mais en hiver le parc est plutôt vide. On pense y retourner aux beaux jours…

Pour la petite histoire , la Louisiane a élu le bald cypress, arbre de l’état en 1963. En effet, cet arbre est le seul qui résiste aux inondations et aux ouragans (pratique en Louisiane). Il a beaucoup été utilisé comme bois de construction au début du siècle. Finalement, c’est l’homme qui deviendra sa plus grande menace.

 

 

Natchitoches

 “Nichée en bordure de rivière, au cœur de la forêt Kisatchie National Forest, Natchitoches est une ville arborée, aux alentours parsemés de vergers, de pacaniers, de plantations de coton et d’anciennes demeures du 18ème siècle. Fondée en 1714, quatre ans avant La Nouvelle-Orléans, Natchitoches était alors un fort qui avait pour mission de contenir les Espagnols qui occupaient le Texas. »

Lorsque nous sommes arrivés à Natchitoches à 2 heures au nord de Lafayette, j’ai été étonné par la petite taille du centre ville qui fête pourtant ses 300 ans cette année. Cette ville est un mélange entre la ville du film “Un jour sans finet celle où la voiture Flash Mc Queen arrive dans le film d’animation qui a changé/ soulé la vie de milliers de parents.

Nous étions là pour le réveillon du Nouvel An. Sur le papier, le lieu était parfait : en décembre la ville s’illumine de milliers de lumières pour le célèbre “Festival of lights”. Un feu d’artifice à 19h comme point de départ de la soirée.

Un petit détail culturel nous avait cependant échappé : les américains ne fêtent pas “vraiment” le Nouvel An. Certes, on a tous en tête le compte à rebours sur Times Square à New York mais force est de constater que dans la quasi-totalité des villes de Louisiane, le nouvel an ne se fête pas.  Du moins, ils ne le fêtent pas au restaurant ou dans les centres villes. En 2008, nous avions déjà était surpris par l’absence d’animation dans un pays qui sait pourtant si bien célébrer les autres dates du calendrier. Résultat des courses, le plus grand restaurant de la ville était vide à 22h et cela ne semblait étonner que nous. Beaucoup de clients autour de nous demandaient des “doggy bag” pour terminer les restes de leur repas à la maison.

Heureusement, les lumières de la ville valaient à elles seules le déplacement malgré le froid qui nous a bien surpris.

On en profite pour vous souhaiter une très bonne année.

 

Skip to toolbar