Month: November 2016

Mississippi, Alabama – Family road trip

Mississippi Alabama – Family Road Trip from Mi KL on Vimeo.

Quand j’ai dit à une collègue que nous partions pour un road trip dans l’Alabama et le Mississippi, la belle m’a regardé avec une réelle incompréhension : “Vous les français, vous êtes toujours en train de visiter des nouveaux endroits…”

L’idée de ce voyage était de partir sur les traces du mouvement des droits civiques, tout en profitant un maximum de nos jolies locations sur le chemin.

  1. Gulport, Mississippi :

Bon les deux premiers jours n’avaient rien à voir avec Martin L. King. L’objectif “plage” était pourtant des plus importants après cette longue période sans vacances. Les plages du Mississippi ne valent pas celles de Pensacola ou Destin mais on y voit quand même de grandes plages de sable fin. Le port de commerce vient un peu gâcher le paysage mais bon, la lumière est juste exceptionnelle, la vidéo ne ment pas.

2.  Montgomery, Alabama : ancienne capitale de la confédération.

  • Rosa Park Library and Museum : le musée est situé en face de l’arrêt de bus où Rosa Park refusa de céder sa place à un blanc.
  • Dexter Avenue King Baptist Church : Martin Luther y fut pasteur à partir de Septembre 1955.
  • Civil Right Memorial and Center.

3. Birmingham, Alabama.

16th street Baptist Chruch (au début du film). En 1963, le Klu Klux Klan y fit exploser une bombe qui tua 4 fillettes et blessa 20 personnes.

Birmingham Civil Right Institute : un musée très complet qui vaut vraiment le détour.

4. Canton, Mississippi

Nous sommes arrivés à Canton au hasard de notre réservation “Airbnb” et nous avons été agréablement surpris par son centre historique et ses maisons du début du 19ème siècle.

 

Voyager dans ces états du Sud, c’est traverser des zones urbaines et rurales très pauvres, croiser un nombre incalculable d’églises et constater à quel point les centre-villes sont irrémédiablement vides. Le Sud c’est aussi de jolis quartiers résidentiels boisés et encore et toujours un soleil qui, même au mois de novembre, enflamme le ciel et la nature alentour. 
road-trip-alabama

Mon plan pour rencontrer Donald Trump

204073798_14109a55b3_z

Il est 9h30, le haut parleur de ma classe interrompt mon cours (encore).  “Veuillez excuser cette interruption, nous avons une nouvelle importante : le professeur de l’année 2016 sera Monsieur…” . Et boom, me voici propulsé “professeur de l’année“. En face de moi, les élèves applaudissent, l’occasion pour eux d’arrêter de travailler.  Je tente de remettre rapidement tout le monde au travail. “Oui, oui, je suis content. Allez, on écoute …”. Le téléphone de ma classe sonne (encore), c’est ma collègue de Maths “Ah, je t’avais dit qu’on voterait pour toi. Cette année il y a eu Trump, et toi!! Bravo! T’es un super prof!!”. Au même moment, ma principale rentre dans ma classe un dossier en main :”Bravo! Voici le dossier que vous avez à remplir avant vendredi. Vous avez un PortFolio à faire. Ne faites pas la vidéo pour l’instant, c’est pour le meilleur prof de l’état.”

Après Trump, c’est la deuxième élection que je ne vois pas venir. Comprenez moi bien, je ne suis pas le “meilleur prof de l’école”. Tout simplement car, après plus de 2 ans, je suis et je resterai beaucoup moins efficace qu’un bon prof américain. Mes collègues qui m’ont élu avaient bien 2 ou 3 raisons. Deux d’entre elles étant peut-être les deux “mails” que j’ai envoyé à la Direction pour me plaindre gentiment du rythme infligé aux élèves et des mauvaises décisions récemment prises par nos dirigeants. Beaucoup de collègues étaient alors venus me féliciter de faire quelque chose de très français : se plaindre.

Je ne l’imaginais vraiment pas mais être élu “prof de l’année” fait bien plaisir. J’ai eu parfois tendance à me moquer de toutes ces récompenses dont les américains abusent. Seulement cette fois, c’était moi. Je me suis surpris à envoyer un texto à Alice pour la prévenir. J’ai annoncé la nouvelle sur Facebook. J’ai reçu des félicitations et des compliments de toutes parts. Mince, on l’oublie souvent en France mais dire à quelqu’un qu’il fait du bon boulot, fait drôlement du bien. Surtout dans ma jolie petite “Ghetto school”. Lire ou relire “My Ghetto school“.

Quel rapport avec Donald? me direz-vous. C’est simple, les meilleurs profs de l’année rentrent en compétition pour le meilleur prof de la région, puis celui de l’état et enfin celui du pays. Je ne crois pas que l’on élise le meilleur prof de l’univers :)  Bref, chaque année, les meilleurs profs de chaque état sont  invités à la Maison Blanche. Avec un peu chance, je serai donc invité par l’ami Donald. Vous m’imaginez moi, avec Donald? Non? Moi non plus. J’emmènerai certainement mon voisin Luke avec moi.

Je vous cache pas que j’aurais clairement préféré être élu sous l’administration Obama. Mais bon, on fait avec son époque.

Elections américaines : le vote de Luke

Les résultats sont tombés. L’Amérique a élu …, les américains ont choisi de faire confiance à … Non franchement, je n’y arrive pas.

Pour vous dire à quel point je ne m’y attendais pas, j’avais préparé un article à publier le matin des résultats. J’y annonçais la victoire d’Hilary et je tentais d’expliquer le grand nombre de votes républicains.

Voici cet article quelque peu modifié.

8009326-3x2-940x627

Deux jours avant ces résultats, notre voisin policier était passé nous voir. Divorcé, sans enfant, Luke est un voisin très attentionné qui a toujours quelque chose à nous offrir : une bouteille, des jouets pour les enfants… Luke est un républicain convaincu, il appelle Obama “un idiot” et aime Trump parce qu’il dit les choses comme elles sont. Il trouve même plutôt “classe” que Trump soit soutenu par Vladimir Putin. “Classe et un peu flippant” s’est-il repris après un long silence de ma part.

Quand je lui ai dit qu’on partait surement l’année prochaine, il a semblé déçu et a dit “les mexicains arrivent bien à rester des années, il doit bien avoir un moyen que vous restiez ici”. Comme beaucoup d’américains, sa vision du monde est limitée. Un système éducatif défaillant, des médias fermés sur le monde, il y a aucune raison pour qu’il en soit autrement et je le pardonne volontiers.

A l’image du Texas et du Mississippi, la Louisiane est une terre républicaine et rien ne semble pouvoir changer ça. Ici, on affiche clairement son étiquette politique sur sa voiture, dans son jardin et je n’ai presque vu que des affiches pour Trump. Il me semble qu’en France, on passe plus facilement d’un parti à l’autre. Mes petits collégiens sont républicains dans l’âme. Ils critiquent volontiers Obama et parlent avec mépris d’Hilary : “elle est pro-avortement, elle tue les bébés!”. Ceci dit, ces petits ados critiquaient aussi de bon coeur le personnage Donald Trump.

 

Voici donc la réponse à la question que vous vous posez certainement, l’énigme que les médias du monde entier essayent de résoudre  :

Comment se fait-il que les Etats Unis aient mis a leur tête une personne raciste, impulsive, misogyne et sans aucune expérience politique? 

  1. The southern Bloc :Depuis 1968, les Etats du sud (aussi appelé le bloc sudiste) sont républicains. En France, une région peut passer de gauche à droite d’une élection à une autre. Ici, les choses sont plus figées et le vote est souvent lié à son lieu d’habitation.
  2. A Bible and a gun : En fait c’est assez simple, un candidat qui supporte l’avortement et le contrôle des armes à feu, peut difficilement avoir le vote majoritaire dans notre jolie Louisiane, terre de chasse. C’est le problème du système bi-partiste, c’est soit noir, soit blanc. Jetez plutôt un coup d’œil à la photo de campagne du prochain candidat Louisianais au sénat, Clay Higgins.  Je pense qu’un leader d’Al Qaeda ne ferait pas mieux. 

A chaque élection présidentielle américaine, le reste du monde réalise que les Etats Unis ce n’est pas New York, Chicago et Los Angeles. Les Etats Unis, ce sont surtout d’immenses zones rurales, souvent pauvres, très religieuses et mal éduquées. Lafayette, Cecilia, en font hélas partie.

3. L’éducation (toujours et encore) : Malgré leurs 5 heures d’histoire-géographie par semaine, le collège et le lycée n’offrent aucune culture international. L’école publique américaine est inefficaces pour des raisons cent fois évoquées sur ce blog ; et ça se ressent clairement dans les urnes. 8 façons de savoir que l’école américaine est moins efficace. Ca ne fonctionne pas.

4. Les médias : selon moi, le personnage Trump a été en partie créé et encensé par les médias. Les grandes chaînes de télé ont eu une influence énorme sur le parcours de ces élections, notamment au cours des primaires.

5. Obama/ Clinton : Obama est peut-être le président le plus cool de la planète, force est de constater que son pays est encore très inégalitaire. Education, santé, criminalité, sur le terrain le gens ont pas mal de raisons de ne plus croire en le parti démocrate. Pour beaucoup, Hilary Clinton représente “wall street”, “The etablishment” et ce qui n’a pas fonctionne dans le passé.

 

Cette année , le vote de Luke aura été écouté. Même si il vient d’élire un président mégalomaniaque, je garde une certaine affection pour ce bonhomme, qui aime son pays et représente tant de choses que j’aime dans le sud de ces Etats Unis. Luke n’entendra pas parler de tous ces gens consternés aux quatre coins de la planète. Il se levra certainement satisfait d’avoir battu ces “imbéciles” de démocrates et attendra, patiemment, le moment d’aller soutenir ses troupes militaires.

Je pense aussi à cette deuxième Amérique qui s’est levée ce matin avec une grosse gueule de bois. Une Amérique qui nous ressemble plus et que nous connaissons bien aussi. Ceux et celles qui ont choisi de ne pas regarder le discours du nouveau Président ce matin. Des personnes déjà fatiguées de voir le visage, d’entendre le nom et de subir les excès du nouveau Président de ce beau pays : Donald Trump.

Happy halloween!!!

ejxbr1477970028

Halloween a peut être des origines celtiques irlandaises mais cette fête est bien ancrée dans la culture américaine. Les énormes sacs à bonbons en vente depuis près de 2 mois, ont été éventrés par les hordes de petits monstres qui déambulent dans les grands quartiers pavillonnaires. La chaleur des soirées, l’ouverture des jardins et cette passion pour le déguisement font de ce pays “the place to be” pour ces grands moments du calendrier.

Certaines maisons se transforment même en maisons hantées pour le temps d’une soirée. Des “entreprises” familiales où les grands comme les petits se cachent dans tous les recoins pour faire sursauter les visiteurs. Les enfants n’ont pas osé y rentrer. Au vu des hurlements qui s’échappaient  du garage, je ne suis pas étonné.


Dans mon collège, une maison hantée du même genre avait été confectionnée par certains groupes d’élèves. Les élèves “sans infractions” avaient le droit de s’y rendre en rang bien rangé. Le “fun” maîtrisé et contrôlé comme on sait faire ici.

hal-5 hal-7


L’école d’Alice n’a pas fêté Halloween… La Principale fait partie d’une église dans laquelle la fête est diabolisée. Le mot Halloween n’a donc jamais été prononcé par la Direction ces derniers jours.  Les enfants ont tout de même eu le droit de ramener des bonbons et de les manger sur commande de l’interphone. Une situation plutôt atypique ici.


Le semaine dernière, Eden a fait son spectacle de “comptines“. Tous les enfants s’étaient déguisés en fonction de leur personnage. Notre puce était en araignée en l’honneur de sa comptine “Itsy bitsy spider”. Ici, il est courant de prendre sa matinée au travail pour assister à un spectacle scolaire. Du coup, maman était sur le coup. Caméra au poing.

PS : maman a passé 3 heures sur le costume qui devait être fait maison.

Skip to toolbar