Ce que j’ai vu

C’est par une prière que notre principale a conclu notre année scolaire. Ma 3ème et dernière année scolaire américaine. Et alors que j’imitais mes collègues en regardant mes chaussures dans un silence religieux, il était difficile de ne pas repenser, avec émotion, à tout ce que j’ai vu dans l’enceinte de ce collège.

J’ai vu plusieurs parents pleurer devant moi, accablés par cette école américaine. J’ai vu des parents signer un papier pour que l’école batte leur enfant. J’ai vu des profs travailler dans des bar-restaurants pour compléter leur salaire. J’ai vu des élèves écrire un nombre sur leur avant bras pour symboliser la prison. J’ai vu de jeunes profs sans voix pleurer en réunion. J’ai vu des parents retirer leur enfants de l’école pour l’éduquer à la maison. J’ai vu des élèves dormir sur les tables tous les jours. J’ai vu des parents m’agresser physiquement. J’ai vu des enfants manger des chips et sauter le repas chaque jour de la semaine pour pouvoir avoir une récréation et j’ai vu des enfants sous médocs incapables de lever la tête en classe.

Curieusement, c’est dans le chaos d’un système éducatif en chute libre que j’ai pris conscience de la beauté de mon métier, car j’ai aussi vu des profs qui gardaient le sourire du soir au matin. Des enseignants sur-vitaminés frapper dans la main de leurs élèves à leur entrée dans la classe. J’ai vu des collègues danser avec des élèves sur de la musique hiphop. J’ai vu des parents s’assoir dans la salle de classe pour aider un professeur ; d’autres parents se réunir dans un restaurant pour trouver des solutions ensemble. J’ai vu des profs raccompagner leurs élèves chez eux. Des profs, des parents se réunir pour offrir des cadeaux de Noël aux plus démunis. J’ai reçu des cadeaux de parents et d’élèves comme je n’en recevrais plus jamais dans toute ma carrière en France. J’ai vu de très belles cérémonies, des rites de passage qui réunissent toutes les générations et viennent récompenser le travail accompli par l’enfant.

Ils ont attendu cette soirée toute l’année. Ils ont sauté les cours pour passer leur journée chez le coiffeur. Les robes, achetées avec maman pendant l’année, s’impatientaient en silence dans les placards. La cérémonie de fin d’année rassemblent toutes les familles dans le gymnase. Les meilleurs élèves seront appelés pour recevoir une médaille. Beaucoup resteront assis mais tous seront fiers de cette étape importante qui les rapproche dangereusement du monde adulte.


Il y a un mois j’ai envoyé une lettre à l’ensemble des enseignants de ma région. La lettre s’intitule “Le Combat qui vous attend”. Je pense que l’écriture de cette lettre m’a servi un peu de thérapie pour terminer cette expérience sainement.  Cette lettre en anglais, parle de désobéissance, de colère et du futur de l’éducation américaine. La super-intendante de ma région m’a conseillé de l’envoyer à Trump, d’autres de l’envoyer au journal local. Je me contenterai de la publier sur ce blog  pour ceux qui lisent l’anglais (ci-dessous). Ca sera tout aussi productif.

THE FIGHT AHEAD OF Y’ALL

In January 2017, during his first address to the congress, President Trump presented Education as “the Civil Right issue of our time”. He was not the first President to compare education to one of the biggest social fight of history. George W Bush and Obama had used the same statement before him. I could not agree more with them and I am also deeply convinced that American education will be fixed precisely the same way. Individuals like you and I will have to step up and voice their opinions. No politicians is going to come help especially when so much money is involved.

I have so much respect for this community. I have worked with so many hard working, dedicated teachers and administrators. People who work their heart out to follow the rules, do what they are being told to do, always in the interest of our kids. We are not making the rules so why bother complaining ?

It is easy to become numb to what is going on. So numb that we sometimes forget that the real decision makers are closer than we think :

  • Parents :   NOT ANYMORE, I am not allowing my kids to take any standardized test” These company made tests made to measure the quality of US schools, are destroying Education. “I want my kids to be tested by the teacher that sees him every day. A teacher who knows precisely what is going to be assessed and why.
  • Teachers : NOT ANYMORE, I am not giving my students 10 pages of homework every day. My students need free time at home as much as they need time to socialize at school. Asking our students to be quiet at lunch is a nonsense. I must help my supervisors understand the importance of recess.
  • Principals :NOT ANYMORE, I am not asking my teachers to use “Eureka” or any company made curriculums for that matter. These forced lessons make my teachers bored and lazy and a bored teacher make bored and lazy students. ” Teachers don’t have time to prepare their lessons, oh well, give them more free time.
  • SupervisorsNOT ANYMORE, I understand that teachers are the lungs and heart of our system I will no longer make decisions without their full support”. You allow these grown ups to be in charge of children, the least you can do is to trust their opinions. I know it sounds scary but you have to trust the people you hire. Teachers are not children.

If you allow me, let me continue with the “presidential” comparison : when Rosa Park made the decision to not move to the back of the bus, she understood the risks she was facing. She did it because she knew it was the right thing to do. The African American people staring at her from the back on the bus probably thought she was out of her mind.

This is where I personally think America is. Everyone is on the bus doing precisely what he and she is supposed to do. Me? I am on the sidewalk. I just got off the bus. I will be watching the rest of this story from my side of the ocean. Which makes me a coward and makes you all possible heroes.

I am an optimistic man and I know change will come. I can even imagine these improvements in Education starting from a small parish in the heart of Louisiana, from communities who -once in a while – lose faith in the decisions made in Washington DC.

Public Education is too important to be overlooked. Children cannot be a statistics. Charter schools will never be a solution. This fight has already started in other states and no one – not even a president – can ignore this fight ahead of y’all.

Mikael E (teacher)

Post navigation

  5 comments for “Ce que j’ai vu

  1. Audi
    May 26, 2017 at 1:21 am

    Bravo!!!! Une chose est sure vous pouvez être fière avec Alice de cette aventure américaine!! 😉

  2. Denis
    May 26, 2017 at 9:30 am

    Superbe texte! Tellement vrai. Triste et plein d’espoir. Les américains construisent la société de demain dans ces écoles.
    Ce fut un plaisir et un honneur se servir à tes cotés.
    We did it!

    Amitiès
    Denis

  3. Peggy
    May 26, 2017 at 9:58 pm

    Sans mots. Tu tombes pile, encore. Merci. Je voudrais dire plus, mais je n’ai pas les mots… alors merci. Et à Denis aussi! Du fond du cœur.

  4. June 15, 2017 at 6:11 pm

    Les temps changent.
    C’est ce qu’avait dit Barbara Henry à la principale de son école de Nouvelle Orléans.
    Parce que pendant un an elle avait été la seule à accepter d’enseigner à Ruby Bridges, 6 ans, noire, la première à intégrer une école de blancs.
    Une volonté fédérale, protégée par des Marshalls, parce que le gouverneur de Louisiane refusait d’appliquer les lois sur la déségrégation.
    Alors oui tu devrais l’envoyer au président, peu importe que ce soit lui ou un autre.
    Parce que le geste de chacun, ça compte.
    C’est ça qui change le cours des choses.
    Bon vent les amis !

  5. Marie
    June 29, 2017 at 12:17 pm

    Super !… Formidable et tellement courageux.
    Oui, une thérapie.
    Merci de nous avoir partagé cette lettre. Elle conclut magnifiquement les 3 années.
    C’est peut-être un grain de sable dans les rouages mais elle donne de l’espoir : il y en a besoin.
    😘

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Skip to toolbar